Chapelles

la Chapelle saint-antoine  

 
Le 8 octobre 1906, l’abbé Elzéar DeLamarre se porte acquéreur des lots 6 et 7 du rang VI canton Dablon, le site actuel de l’Ermitage Saint-Antoine, sis à 300 mètres d’altitude. Au printemps 1907, il défriche le terrain où sera construit son Ermitage San’Tonio. Une petite chapelle dédiée à saint Antoine est construite attenante à son chalet de recueillement.
Son visiteur le plus assidu et bon ami, le peintre Charles Huot, propose dès 1908 de peindre les murs de la petite chapelle de scènes de la vie de saint Antoine de Padoue. Le travail durera 10 ans, et achevé, il comporte 23 tableaux, dont huit médaillons. Les œuvres de Charles Huot sont aujourd’hui reconnues par Patrimoine Canada.

La masabielle miniature  

En 1915, l’abbé DeLamarre, aidé de son neveu, le célèbre homme fort Victor DeLamarre, entreprend l’aménagement de la grotte rappelant celle de Lourdes. Sur le dessus de la grotte, on construit une chapelle qui rappelle la basilique de la Massabielle à Lourdes. Dédiée au Sacré-Cœur, un système de glissière métallique lui permet de s’ouvrir sur le côté afin de pouvoir célébrer la messe en plein air.

La chapelle Notre-Dame-de-Lourdes

C’est en 1918 qu’on entreprend la construction de la chapelle Notre-Dames-de-Lourdes, l’actuelle chapelle Souvenir attenante à l’Ermitage San’Tonio. On ne possède pas de document concernant l’auteur des plans de cette magnifique chapelle de style « gothique champêtre », mais on croit qu’il s’agit de l’architecte François-Xavier Berlinguet. L’abbé DeLamarre fabrique lui-même les trèfles et les fleurs de lys dorés qui ornent ses voûtes, avec l’aide d’un homme de Lac-Bouchette, monsieur Henri Gaudreault. L’extérieur est protégé par un revêtement de plaques d’amiante. Cette dernière permet d’accueillir plus d’une centaine de personnes qui désiraient venir prier dans cette espace de calme et de paix.

La chapelle mariale                        

La chapelle Mariale fut construite et bénite en 1950, cette chapelle est la première au Québec de style moderne. Elle veut rappeler, par ses formes, la grotte de Lourdes. Elle est sise à exactement 324 mètres au-dessus du niveau de la mer, en haut du grand escalier de pierre de 94 marches et dix paliers, le tout édifié en granite rose d’Alma. Le petit campanile construit également de granite rose abrite deux cloches. La façade, tout de verre, donne sur le soleil levant, qui diffuse largement sa lumière dans le sanctuaire. En 1970, on installe de magnifiques vitraux, œuvre du frère Guy Bruneau, capucin.

L'agora Notre-dame (chapelle en plein air)

C’est au début des années 1940 que la chapelle extérieure fut construite; situé juste devant la grotte elle pouvait accueillir 1000 personnes. Une toiture fut installée au début des années 1980 pour garder les pèlerins à l’abri lors des messes célébrées en plein air. À l’été 2009, une toute nouvelle chapelle extérieure a vu le jour, l’Agora Notre-Dame; une construction tout de bois, matière noble et indispensable à la vie économique de notre région. L’Agora est une construction remplie de symboles religieux : lorsqu’on regarde par en dessous, on y voit une coquille Saint-Jacques, symbole médiéval du pèlerinage, et lorsqu’on l’observe du dessus, on imagine une colombe, symbole de l’Esprit-Saint. Ses douze piliers arrière représentent les apôtres tandis qu’au-devant ses sept ouvertures entre les piliers rappellent les sacrements. Les puits de lumière du toit sont la présence lumineuse de la Trinité. Sa forme d’amphithéâtre permet de rapprocher les fidèles et le célébrant, pouvant y accueillir un peu plus de 900 personnes.

 

 

 

 Nous joindre

250, route de l'Ermitage, Lac-Bouchette
(Québec) Canada G0W 1V0
Sans frais 1 800 868-6344
Téléphone 418-348-6344

 Membre de                     

 
 

Suivez-nous